AWORI EST DE RETOUR SUR GALANT

Awori; photo; presse;
Awori
©Nathyfa Michel

AWORI est née et a grandi à Kampala, Ouganda. Petite, elle est témoin de l’amour que son grand-père a pour la musique. Multi-instrumentiste avec un fort penchant pour le piano, elle s’habitue à l’entendre jouer et elle est poussée elle aussi à commencer une pratique musicale. A la maison, ce sont ses grands frères qui l’initient au Hip Hop, la faisant apprendre les paroles de Notorious BIG ou Tupac par coeur alors qu’elle n’a que 8 ans. A l’école, les activités culturelles et artistiques telles la danse traditionnelle, la musique et le théâtre sont fortement encouragées et intégrées au cursus scolaire. Bientôt elle trouve sa place sur scène et chante une composition ou une chanson religieuse (les seules autorisées) devant son école chaque semaine. Elle multiplie les représentations scéniques en jouant dans les pièces de théâtre et les spectacles de danse traditionnelle de son école.

A l’âge de 11 ans, elle rejoint sa mère en Suisse où elle vivra pendant la majeure partie de sa vie. A 14 ans, elle rejoint la chorale de son église et en devient la membre la plus jeune. Elle commence à prendre le chant au sérieux autour de ses 16 ans débutant dès lors des cours de chant Jazz avec Nicole Schoefel. A 18 ans, elle lance un duo avec Juline Michel, nommé CaramelBrown, plus tard rebaptisé KAMI AWORI.

Entre ses 18 et ses 20 ans, elle sera également la chanteuse lead du groupe Blues-Rock Black Diamond, aux côtés d’Eric Ménétré, Grégory Sinz, Jérémie Kaelin et Paolo Costa, dans lequel elle chantera des classiques Rock en passant par Jimi Hendrix, Creedence Clearwater Revival, AC/DC et Guns & Roses pour n’en citer que quelques uns. Elle quitte Genève pour poursuivre des études à Montréal, elle y poursuit des cours de chant Jazz avec Jeri Brown mais son séjour est écourté par la rencontre avec le label indépendant genevois, Colors Records. Entre 2007 et 2018, le duo produit 4 EPs et participe à des festivals suisses tels le Royal Arena et Antigel ainsi que des résidences artistiques à Johannesbourg avec Manthe Ribane, à Kampala avec Albert Ssempeke, à la Havane et à Bamako avec Mbouyé Koïté.

Kami; Awori; duo; photo
KAMI AWORI

Une vidéo cover sur YouTube provoque une rencontre entre elle et l’artiste berlinoise DENA, qu’elle accompagne en tournée européenne en tant qu’instrumentiste et choriste. Cette expérience la pousse à se familiariser avec la MPC et le live finger drumming.

Le bouche-à-oreille au sein des réseaux romands provoque une deuxième rencontre, cette fois-ci avec l’artiste sénégalo-suisse Thaïs Diarra, avec qui elle part en tournée en Afrique de l’Est en tant que choriste. La formation jouera à Kigali, à Dar es Salaam, à Nairobi et à Stone Town et fera la première partie de Blitz The Ambassador et Tiken Jah Fakoly. AWORI apprend à chanter en bambara et en wolof pour l’occasion.

AWORI prépare actuellement la sortie de son premier EP RANAVALONA en collaboration avec le producteur lyonnais Twani avec lequel elle avait déjà composé le morceau “Cortex Luxta” sorti sur notre collection de singles exclusifs SEEDS. On te dévoile le premier extrait le 10 février !

Awori X Twani
©Joao Gabriel

Share: